Projet Black Mountain.

Ce projet à pour but de monter une agence de contre-espionnage pour protéger les prêtresses et la nation cimériennes dans le respect de notre foi en Kesha. Elle n'aura en aucun cas pour objectif de servir les intérêts personnels d'une Grande prêtresse ou bien d'une coalition au sein de notre Ordre. Et cette agence aura pour acronyme CTRC pour Centre Tactique de Reseignements Cimmérien.

Un petit rappel sur ce qu'est le contre-espionnage juste pour clarifier son rôle. La définition qu'Alain Hugon donne dans sa publication "Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635" Ed 'Casa de Velazquez' p364 est si éloquente que je vais la citer telle quelle: "Le but du contre-espionnage est de découvrir les agents étrangers opérants à l'intérieur du territoire 'national' et d'identifier leur organisation ainsi que leurs contacts, afin de pouvoir mieux les combattre. La mission première du contre-espionnage se caractèrise donc par son aspect défensif: empêcher l'adversaire d'infiltrer le territoire, les institutions du pays afin d'y organiser des complots. Une seconde mission consiste à prévoir les intentions des services secrets adverses, ce qui implique d'en connaître les structures. Une fois celles-ci reconnues, les agents tentent d'annihiler les capacités d'actions secrètes de l'adversaire (les agents doubles sont donc une des principales ressources du contre-espionnage ). Cet aspect constitue le caractère offenssif du contre-espionnage". Tout est dit.

Données historiques.

Comment ça une agence de contre-espionnage au moyen-âge ?

Je vois déjà les médiévalistes et médiévistes de tous poils monter au créneaux pour crier à l'hérésie ! Effectivement le terme contre-espion est anachronique dans un univers médiéval car pour ce que j'en sais, ce terme ne serait apparut qu'aux alentours de 1793 dans un ouvrage de Dlanlol intitulé: "Le contr'espion, ou les clefs de toutes les correspondances secrètes". Quand à un service dédié à ce type d'activité, ce doit être encore plus récent. Par contre, l'activité de contre-espionnage est aussi vieille que l'espionnage lui-même. Dans les faits, des espions étaient chargés d'identifier les espions d'autres nations sur leur territoire et ce, depuis l'antiquité romaine cf Rose Mary Sheldon in "Renseignement et espionnage dans la Rome antique" p64. Donc, finalement je n'apporte qu'une vision plus moderne (et aussi plus jouable) en centralisant ce type d'activité.

Qui sont les espions ?

Les espions qui se sont professionnalisés (dont les causes sont diverses comme pour la rémunération, pour des choix politiques, pour un titre, parfois sous la contrainte du chantage et même par goût du risque), sont des hommes de cours, des ambassadeurs, des hommes du clergé ou bien des militaires pour la plus part. Mais on peut aussi y voir des professeurs ou des étudiants. Dans tous les cas, leur carrière d'espion peut-être de courte ou de longue durée selon leurs motivations mais aussi la stabilité financière et sociale de leurs commanditaires.

En ce qui concerne les espions ponctuels, en plus des castes et professions déjà citées, on peut ajouter principalement les voyageurs et des marchands. Dans les zones de conflit, l'armée n'hésite pas non plus à recruter de jeunes pâtres pour leur connaissance du terrain mais aussi pour franchir les lignes ennemies et pouvoir observer plus facilement l'armée adverse.

Et les femmes dans tout ça ?

Dans le monde occidentale et pratiquement jusqu'à la deuxième moitié du XX siècles, peu de femmes ont été espionne ponctuellement et encore moins à plein temps. Car les hommes considéraient leur nature comme impropre à être agent. Parmi ces préjugés on peut noter: "Qu'elles sont bavardes quand il faut conserver le secret, peu instruites alors que l'intelligence est une vertu cardinale, faibles devant les tentations ennemies, libertines alors qu'on attend une moralité exemplaire, oisives et superficielles tandis que l'agent s’inscrit dans l'activité et le dévouement". Bref, hors quelques cas exceptionnels, les femmes étaient tenue à l'écart de cette profession. Mais, juste pour l’anecdote, au moyen-orient, Al-Hakim bi-Amr Allah, calife fatimide du Caire (996-1021) utilise une police secrète, remarquablement efficace et qui utilise des femmes.


Un peu de sémantique.

Histoire de personnaliser l'agence, je propose quelques titres et surnoms pour l'ensemble de la hiérarchie:

  1. Directrice de l'agence dont le titre officiel est Grande Ordonnatrice aura comme surnom, l’Œil.
  2. La sous-directrice ou Ordonnatrice, aura pour surnom l'Architecte.
  3. Les chefs de division ou Commandeurs, auront pour surnom, la Voix.
  4. Les coursiers seront nommés: Murmure.
  5. Les espions (Prêtresse ou autres) seront nommés: Espières.Ce mot a été construit à partir du nom 'espie' et du verbe 'espier' qui signifiaient successivement espion et espionner. Le mot espion quand à lui a supplanté ‘espie’ dès le 13em siècles.
  6. Les informateurs et autres indics seront nommés: Confidents.

Par la suite, j'emploi le mot coursier parce qu'il est parlant mais en fait il s'agit bien d'agent de liaison qui sont eux aussi des agents de terrain. D'où leur importance (cf #4 Organigramme).


Organigramme.

La principale question qui pourrait se poser est pourquoi créer une agence de renseignement alors que l'Ordre doit déjà posséder son propre réseau d'espions ? Il y a là deux raisons historiques. La faiblesse potentiel d'un réseau d'espions qui dépendent d'un gouvernement quelqu'il soit devient vite caduque car il dépend directement des personnes au pouvoir. Et les anciens espions, pour de nombreuses raisons n'auront pas envie de travailler avec le nouveau gouvernement ou trouveront tout simplement un meilleur employeur (qui paye plus en gros). C'est d'ailleurs lors de passation de pouvoir que l'on voit les autres nations essayer de recruter les espions de l'ancien gouvernement, ne serait-ce que pour leurs connaissances du régime antérieur. Si l'on veut pouvoir véritablement compter sur des espions fidèles, il faut donc créer une institution qui leur est propre et les salarier sur le long terme. La seconde raison concerne l'aspect efficacité du réseau. Avec un service institutionalisé, nous pouvons créer des achives et cumuler des reseignements sur la durée. Une fois ces informations centralisées puis analysées, le service n'en sera que plus efficace. La troisième raison est qu'il s'agit là non d'une agence de reseignement à proprement parler, mais d'un service de contre-espionnage.

Bon, voilà l'organigramme idéal de l'agence pour qu'elle soit pleinement fonctionnelle. Il est volontairement simple pour éviter des lourdeurs administratives qui pourraient nuire à son efficacité. Avant tout chose, l'ensemble des postes dans la hiérarchie de l'agence (de 1 à 4) seront détenus exclusivement par des Prêtresses de Kesha.

  1. Il faudrait donc une directrice pour gérer l'ensemble de l'agence et qui serait (dans l'idéal) sous les ordres conjoints de la Grande-prêtresse et de la Haute-Prêtresse. Mais bon, il sera difficile (je suppose) de faire admettre cela à la Grande-prêtresse et il serait donc plus judicieux d'indiquer que la Haute-Prêtresse n'est là qu'à titre consultatif, du moins pour la forme. Après dans les faits, ça reste à voir... Pour en revenir au rôle de la directrice, il sera d'être l'interlocutrice entre l'agence et la Grande Prêtresse (et aussi la Haute-Prêtresse), de prendre leurs ordres, de les conseiller le cas échéant mais aussi de gérer le budget, enfin de s'occuper de toute la partie administrative et politique. Quand aux ordres, elle les tranmettra directement à sa sous-directrice qui s'occupera de les faire executer.
  2. La sous-directrice quant à elle, en plus de faire executer les ordres, s'occupera de la gestion des agents, de nominer les chefs de division, du découpage territorial et de remettre les comptes rendus de mission à la directrice. C'est elle qui s'occupera de l'aspect technique du fonctionnement de l'agence.
  3. Les Commandeurs ou chefs de division sont des agents de terrains à proprement parler mais qui dans certains cas en commanderont d'autres. Elles seront mise en poste dans les endroits les plus stratégiques de notre territoire et seront toujours accompagnée d'un autre agent, elle aussi issue de l'Ordre et qui remplira le rôle de coursier. On pourrait penser que d'utiliser le service postal existant permettrait de réduire le coût de l'agence, mais l'efficacité de l'agence repose sur la fiabilité des informations qui arriveront au QG. Et c'est essentiel que le courrier ne puisse être intercepté, lu ou bien même falsifié.
  4. Les coursiers ou agents de liaison ont été précedement expliqués...
  5. Les espières ou les espions
  6. Les sections, sont placées directement sous les ordres de la chef de division et seront à géométrie variable en fonction de l'importance stratégique d'un lieu où du volume de sa population. Si la majorité des sites ne nécessiteront qu'une chef de division et d'un coursier, les sections peuvent être compsées d'autres espions Ladrinis ou autres.
  7. Et le dernier maillon, l'un des plus important, sont les informateurs ou Confidents. Issus de toutes castes ou de rang sociaux, ils sont la base même de l'agence. Travaillant de temps en temps ou bien à plein temps, ils n'ont aucune idée de l'existence de l'agence.

Le recrutement des agents.

La directrice tout comme la sous-directrice peuvent recruter de futur agents de terrains qu'ils soient issus de la caste des Prêtresses cimmériennes ou bien de celle des Ladrinis. Mais dans les faits, se sera plutôt le rôle de nos agentes de terrain qui seront à même de mener l'enquête sur de potentiels recrues. Chaque postulant ou postulante devra être soumis à une enquête approfondie (vie privée, vie professionnelle, moralité) et non pas uniquement sur la recrue elle-même, mais aussi sur ses parents, grand-parents, frères et sœurs. D'autres castes seront susceptibles d'intégrer nos rangs par la suite, seule une caste sera absolument exclue, celle des Nérozias, jugée bien trop dangereuse.

Quoi qu'il en soit, la proposition d'une nouvelle recrue ne pourra être validée que par une assemblée collégiale composée de la directrice, de la sous-directrice et de trois chefs de divisions. La validation d'une candidature ne pourra se faire qu'à l'hunanimité.

En ce qui concerne le recrutement, certains aspects ont été développés dans le chapitre "Questions de sécurité nationale".

Le financement.

Le Temple et uniquement lui si nous voulons nous assurer un minimum d'indépendance. Mais la décision n'est pas non plus arrêtée car même de cette manière, des conflits d’intérêt pourraient apparaître tout autant que de la corruption. Alors, peut-être qu'un financement venu des Géloviens pourrait-être envisageable. Mais je détaille tout cela dans le chapitre 'Question de sécurité nationale'. En fait, il serait important de savoir d’où viennent les financements de l’Ordre, comme par exemple savoir si un ou plusieurs riches nobles nous financent et donc déterminer quelles influences ils peuvent avoir sur nos décisions politiques et donc celui de l’agence….

Suit le budget prévisionnel pour débuter l'agence :

Poste.
Directrice
Sous-directrice
Chef de division
Coursier *
Espion **
Caste.
Prêtresse
Prêtresse
Prêtresse
Prêtresse
Ladrinis
NB.
1
1
6
6
1
Salaire.
500 dias
500 dias
3000 dias
3000 dias
Versé par sa caste

Le nombre de chefs de division et de coursiers est expliqué dans le chapitre 'Répartition Géographique'. * Nasaq fait partie des coursiers. ** Allaat est actuellement la seule espionne venant d'une autre caste... Il y a tout de même une question à se poser pour les espions qui ont leur salaire versé par leur caste et de savoir à qui ira leur loyauté. Par contre, dans le budget devra être compris les 'dédommagements' pour les Confidents. Il faut bien acheter les informations...

Bon après en ce qui concerne les salaires des prêtresses, c'est pas une dépense suplémentaire pour l'Ordre, vu qu'elles sont de toute façon rémunérée...

Répartition géographique.

Les chefs de division seront mis en poste aux endroits stratégiques du territoire cimmérien, c'est dire au moins un dans les principales villes qui sont Hellas, Aggersborg, Lundholm, Oakbriggs. Mais aussi dans de petite villes ou villages proches de la frontière où des passages important de transit sont indiqués comme: La route du 'gouffre venteux' et le 'chemin d'Ez'. Donc six chefs de division.

Comme le territoire cimmérien possède une frontière très importante courant au sud, dans l'idéal il faudrait placer un couple d'agents dans les villes frontalières ou villages. Il y peut-être d'autres cols qui permettent l'accès à notre pays et avoir un œil dessus ne serait pas un luxe tout comme la frontière avec Phelgra… Donc, développer l’agence ne serait pas un luxe ! Sinon, nos frontières vont filtrer comme des passoires...


Questions de sécurité nationale.

QG de l'agence.

C'est la grande question ! Où mettre le QG de la CTRC ? Dans une cave obscure d'un vieil immeuble à Hellas ou bien dans le Temple même ?

Le QG n'a pas besoin d'être vaste, loin de là. De toute façon, à résidence il n'y aura que cinq personnes qui nécessiteront en tout et pour tout trois bureaux. Un pour la directrice, un autre pour la sous-directrice et un dernier pour y mettre la chef de division, son coursier et une espionne. Après, il faudra un petit local pour y stocker nos dossiers. Donc en terme d'espace, une petite superficie conviendra parfaitement. Si on pouvait rajouter une petite salle de briefing au cas où il y est besoin de réunir les chefs de division et quelques autres personnes dans le cadre d'une opération, se serait un plus très appréciable.

Le vrai problème réside dans la confidentialité des informations que nous allons recueillir, les ordres de missions et la liste de nos agents sans oublier sûrement quelques secrets d'état. Il faudrait donc un lieu qui soit sous le sceau du secret le plus absolu et connu que du minimum de personnes nécessaires. Mais il faudrait aussi le sécuriser au cas où il soit découvert ou du moins le lieu où sont stockées nos données les plus sensibles, c'est à dire la salle de nos archives. Il ne faudrait pas qu'un Ladrinis équipé d'une Langue Serpent puisse pénétrer cette salle ou bien qu'un espion possédant certaines capacités magiques ou non puisse facilement lui aussi s'y introduire. Donc, il faudrait savoir quels sont les moyens de protections dont nous pouvons disposer. Je ne demande pas non plus un lieu inviolable, mais tout de moins extrêmement difficile à pénétrer. Il s'agit tout de même d'une agence de renseignement.

Petite proposition: Acheter une échoppe genre alimentation générale dans une rue très fréquentée de Hellas ce qui ne devrait pas éveiller les soupçons en cas d'allées et venues de nos agents. Il s'agirait d'une véritable échoppe et pleinement fonctionnel qui servirait de façade (livres de comptes, commandes, impôts, déclarations et tout le toutim). Le QG quant à lui se situerait dans les caves de cette boutique. Deux de nos agents seront là pour faire fonctionner la boutique et servir les clients mais aussi pour accueillir les agents. Ces derniers devront juste donner leur numéro de matricule puis mettre leurs empreintes sur un papier dont la correspondance sera contrôlée dans un registre qui ne contiendra que les matricules et les empruntes. Aucun nom, aucune date ni lieu ne devra y être inscrit pas plus que toute autre information. Donc si d'aventure il était volé ou brûler, il serait quasi inutilisable par d'autres espions et sont remplacement serait tout à fait aisé sans compromettre l'agence. Une fois le contrôle positif, les agents seront autorisés à accéder au QG.

L'agence et le Temple.

Déterminer qui dans le Temple ou au sein de l'Ordre a connaissance de l'agence. Bien entendu, la Grande Prêtresse, la Haute Prêtresse de Kesha, mais comme nous n'avons pas encore de Grande Prêtresse à la tête de notre ordre, il serait risqué d'en informer une ou plusieurs personnes avant l'élection. L'idéal serait que l'agence soit inconnue des autres prêtresses et n'en mettre qu'un minimum dans la confidence. Mais existe-il un conseil au sein de l'Ordre ? Et si oui, tous ses membres devraient-ils être au courant ? Parce que il va y avoir une trace de l'agence par le biais de son financement. Y a t-il un moyen d'occulter ces traces ? Ou bien de mettre la prêtresse chargé des comptes de l'Ordre dans le secret ? Il faut à tout prix éviter qu'en face de la ligne des dépenses de l'agence soit notifié le nom CIA... XD! Sinon l'agence sera connue de toutes les prêtresses, puis de la mairie tout comme des agents étrangers.

Les agents et la sécurité.

De la directrice aux agents de liaison, elles possèdent déjà la couverture idéale si je puis dire, celle de Prêtresse de Kesha, tout comme les espionnes issue de notre Ordre. Mais il peut arriver que pour une mission spécifique, il est besoin de créer une couverture plus adaptée pour des agents de liaison ou bien des espionnes. Ces fausses identités seront crées au besoin et tant que ces couvertures n'auront pas été dévoilée, elles seront conservées. Car créer une couverture robuste prend énormément de temps que de ressources. Par contre, pour les espions issus des autres castes, se sera au cas par cas.

Par contre, pour toute prêtresse rejoignant l’agence, elle devra abandonner son ancienne identité tout de même. Nouveau nom, age, liens de parenté fictif, nouvelle histoire et attribution d'un numéro de matricule. Comme cette fonction demande beaucoup de sacrifices (abandonner son passé, ses proches dans une certaine mesure, déplacement sur tout le territoire, mission longue durée), leur recrutement se fera donc principalement chez les orphelines. Mais si une prêtresse (qui n'est pas dans ce cas) montre suffisamment de détermination, de force intérieur avec de bonnes prédispositions, rien n'empêche non plus son recrutement. Par contre, aucun recrutement ne pourra se faire si la prêtresse et connue au sein de l'Ordre ou du moins reconnaissable facilement par d'autres personnes. D'où l'envoie des agents dans des villes où elles sont inconnues.

Pour en revenir au registre précédemment invoqué dans la proposition d'un QG, il n'est pas en mesure de fournir toutes les informations nécessaires pour démanteler notre réseau. Les infos sur chaque agent sont: son ancienne identité, sa nouvelle, son matricule et ses empruntes digitales. J'ai donc compartimenté ces données et les ai réparties en trois registres distincts. L'un comprenant l'ancienne identité de l'agent avec ses empruntes digitales, un autre avec sa nouvelle identité et son matricule et le dernier (qui sert à entrer dans notre QG) qui aura les empruntes avec son matricule. Ainsi sans les trois registres, difficile de débusquer nos agents. Les deux autres seront cachés, un dans l'orphelinat d'Allaat et l'autre dans sa maison paumée en pleine forêt.

Dernière petite chose, les agents n'auront aucun signes distinctifs d'une quelconque appartenance à la CTRC, toute comme le reste du personnel, directrice incluse. Ni bague, collier, pendentif, plaque d'identification ou bien un quelconque document qui pourrait informer qu'une telle agence existe. Toutes et tous doivent rester le plus impersonnel possible.

Echange courrier Allaat / Nasaq / Othello / Grande Prêtresse.

Pour savoir si entre Allaat et Nasaq le courrier est bien original, chacune d'elle mettra dans la cire du sceau qui cachettera la lettre une toute petite pièce de cuivre d'environs cinq millimètre de diamètre. Celles d'Allaat aura une plume de gravée sur l'une des faces et pour Nasaq, se sera une plume avec une goutte d'encre qui perle au bout de la plume. Toutes deux ne posséderont que dix exemplaires de ces pièces et devront se les remettre régulièrement. De plus leur comptage permettra de se rendre compte si de fausses pièces circulent et donc que la sécurité du courrier est compromise. Si Othello participe d'une manière ou d'une autre à l'agence, pour tout courrier concernant l’agence, il serait opportun d'utiliser le même système et de même pour la future Grande-Prêtresse.

Généralités sur les échanges postaux.

Même si certains courriers pourront être acheminés pas nos agents de liaison, elles sont bien trop peu nombreuses pour assurer une distribution sur tout notre territoire et donc, nous seront amenés à utiliser les services postaux. Le principal défaut de ce système réside que n'importe qui (espion en particulier) peut intercepter les messages qui lui paraissent dignes d'intérêt. Ce choix se fait souvent par l'émetteur et le destinataire du courrier. Une personne de première importance qui en contacte une autre, il y a lieu de se douter que le contenu de la lettre peut contenir des informations sensibles. Donc pour éviter cela, les courriers ne seront pas envoyés en lignes directe mais en usant d'un certain nombre d’alias et de destinataire qui seront dispersés géographiquement. Par exemple, il n'y aura rien de suspect si Allaat (qui est toujours clerc de notaire) écrit à Amaraq son patron (qui est lui notaire). Et une fois le courrier reçu, le notaire le renvoie à la bonne personne en glissant le plis dans un autre plis. Et quoi de plus commun qu'un notaire envoie un courrier à Othello par exemple ? Cela ressemble juste à des affaires courantes. Il convient donc de mettre en place un système de relais ou d'utiliser ceux existants comme pour les notaires, les banques, etc. Bien sur, il faudra juste mettre une petite distinction anodine qui permettra au prête-nom de savoir à quel destinataire renvoyer le courrier

Les pigeons voyageurs sont très pratique pour survoler des obstacles naturels et donc gagner du temps sur le trajet. Bon, il faudra que je me penche sur la mise en place d'un réseau de ce type. L'idée est encore largement à travailler. Par contre, pourrions-nous utiliser un autre animal qui remplirait la même fonction ? Mais qui soit plus adapté à nos contrées et plus personnalisé pour Cimméria si je puis me permettre (le harfang des neiges serait un beau représentant pour notre pays...).

Cryptage des informations.

Pour la rédaction des messages, nous utiliserons le fameux chiffrement de Vinegere, éclaris de grand renom. Le principe est simple mais évitera que des yeux indiscrets puissent lire nos messages. Pour chiffrer un message, on transpose chaque lettre de l'alphabet en caractère numérique à partir de 0. Donc A=0, B=1 etc. Ensuite, on utilise une clé de chiffrement obtenue par le même procédé. Par exemple le mot "code" donnera la clé: 2.14.3.4. Une fois le texte chiffré, on y ajoute les chiffres de la clé. Par exemple "Allaat" une fois transposé donne: 0.11.11.0.0.19 ensuite on ajoute la clé (qui se répète): 0+2. 11+14. 11+3. 0+4. 0+2. 19+14
Ce qui donne le chiffrage suivant: "2.26.15.4.2.24" et le résultat final: "Czoech". Il faut donc pour le décrypter connaître la clé. Bon, c'est pas infaillible mais c'est déjà ça...


PNJs et Confidents.

Cerle des PNJs les plus proches de Nasaq et d'Allaatkasik qui seront disposés à donner des informations gratuitement. Bien que Nasaq se débrouillera toujours pour dédommager son ancien protecteur, Padbibok.

Patronyme
Amaraq
Etat
Cimméria
Ville
Upiq
Profession
Notaire
Infos compl:
Actuel patron d'Allaatkasik.
Sifdérik
Cimméria
Upiq
Trappeur
Infos compl:
Ancien Ladrinis, père adoptif d'Allaatkasik.
Padbibok
Cimméria
Gaéaf
Receleur / faussaire
Infos compl:
Ancien Ladrinis, ancien patron de Nasaq qu'elle a tenté de soigner pendant la fièvre. Relation professionnelle régulière d'Allaatkasik.
Maëlys
Cimméria
Faculté de Néria
Etudiante Médecine
Infos compl:
Amie de faculté d'Allaatkasik, élève en dernière année de médecine.
Soeur Anselme
Cimméria
Hellas
Prêtresse de Cimméria
Infos compl:
Allaat et Nasaq ont travaillé à plusieurs reprises avec soeur Anselme lors de la fièvre.
Soeur Léonie
Cimméria
Temple de Kesha
Prêtresse de Cimméria
Infos compl:
A fait son noviciat avec Nasaq et sont devenues amies. Son père est en poste à la mairie de Hellas.
Atuagaq Hiku
Eridania
Hespéria
Attachée diplomatique
Infos compl:
ACCESS DENIED.

Cerles de PNJs avec qui Nasaq ou Allaatkasik ont été en affaire réguliairement et qui vendront les informations à un prix relativement modeste.

Patronyme
Alban
Etat
Cimméria
Ville
Hellas
Profession
Patron de l'auberge du Crocus Lunaire
Infos compl:
Nasaq a tenté de soigner sa femme lors de la fièvre. Allaat est une cliente réguliaire depuis ses cours à la faculté de Néria.

Bibliographie et ressources.

"Renseignement et espionnage dans la Rome antique", par Rose Mary Sheldon. Ed 'Belles lettres'.

"Les services secrets normands au moyen-âge", par Jean Deuve. Ed 'Charles Corlet'.

"Au service du roi catholique, représentation diplomatique et services secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635", par Alain Hugon. Ed 'Casa Velazquez'.

"Ambassadeurs, apprentis espions et maîtres comploteurs", collectif, dir Béatrice Perez. Ed 'PUPS'.

"Les espions des lumières, actions secrètes et espionnage militaire sous Louis XV", par Stéphane Genêt. Ed 'Nouveau Monde' avec la coopération du Ministère de la Défense.